Contenu éditorial

Et si Nicolas Hulot avait démissionné pour éviter de rencontrer Christiane Lambert, La présidente de la FNSEA !

20 j'aimes
La FNSEA, puissant lobby agricole

Du lobby de la Chasse à celui de l'Agriculture, quel est celui qui a le plus exacerbé le dernier des écologistes en exercice du pouvoir ?

 

Alors que la démission surprise de Nicolas Hulot semble embarrasser quelque peu le monde de la chasse qui se congratulait déjà de la qualité d’un rendez-vous élyséen ; le Ministre de la transition écologique, quoique déclarant publiquement au micro de France Inter que sa décision de quitter le gouvernement était "mûrie depuis de longs mois",  reconnait  effectivement qu’il a pris sa décision à l’issue de l’ultime réunion consacrée à la réforme de la chasse, après avoir été heurté par la présence d’un lobbyiste.

« La présence du lobbyiste Thierry Coste, non invité à la réunion, est symptomatique de ce qui ne fonctionne pas dans les cercles du pouvoir »

Une déclaration « anecdotique » de Nicolas Hulot, dont ce serait bien passé Willy Schraen, le Président national des chasseurs, lui qui vient d’investir près de 150.000 euros dans sa première campagne promotionnelle print, audio et web, programmée jusqu'au 11 septembre, avec ce titre phare  « les chasseurs premiers écologistes de France ? ».

 

communiqué presse FNC sur démission Nicolas Hulot

Les journalistes de RTL annonçaient quant à eux, que la présidente de la FNSEA devait être reçue dans le même temps - ce matin du mardi 28 août - au Ministère de l’écologie pour se plaindre à nouveau et incriminer les chasseurs de leurs manquements face à leur devoir de régulation des populations de sangliers.

Les chasseurs nourrissent les sangliers pour avoir plus de gibier !

« Leur croissance est exponentielle, ils seraient vingt fois plus nombreux qu'en 1970. La FNSEA incrimine les chasseurs. Ils ont l'obligation d'en tuer, de réguler la population. Mais le syndicat agricole les soupçonne dans certains départements, au contraire, de les nourrir pour avoir plus de gibier et d'être complètement dépassés (…) La FNSEA demande aux chasseurs d'en tuer plus, et à l'État de l'autoriser. Elle réclame que le sanglier soit classée "espèce nuisible" dans les régions les plus touchées (…) Ce qui pourrait permettre d'aller au-delà des 750.000 sangliers abattus l'an dernier. »

Une dernière réunion qu’aurait peut être voulue éviter Nicolas Hulot, afin d’être en « cohérence » avec lui-même, lui qui dénonce l’influence des lobbies dans les cercles du pouvoir pour expliquer la nature de l’impasse qui l’a poussé à la démission.

«  Les grandes tendances demeurent (…) la remise en cause d’un modèle agricole dominant n’est pas là ( …) Dans mes arbitrages et mes confrontations avec le Ministre de l’agriculture et qui n’ ont échappé à personne, au moment où jamais les planètes n’ont été aussi bien alignées pour transformer profondément le modèle agricole au bénéfice des consommateurs mais surtout au bénéfice des agriculteurs … franchement, on est passé à côté ! »

Toujours selon RTL, la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, a lancé un concours de photos sur Twitter "Sangliers Challenge" - pour que les paysans montrent l'étendue des dégâts ; autant de photos de vacances qu’elle s’apprêtait à présenter au Ministre d'Etat.

 

Sanglier challenge sur Twitter

Il parait que le concours fait un carton. On voit des photos de champs de maïs et de blé dévastés. Les sangliers adorent les céréales. Mais comme ils ont besoin aussi de protéines, ils vont faire des trous énormes dans les prairies pour y chercher des vers de terre.

« L'an dernier, ça a coûté 30 millions d'euros de dégâts aux agriculteurs ! »

On ne sait pas qui, du journaliste ou de la présidente de la FNSEA, omet de souligner que ce sont les chasseurs qui jusqu’à présent prennent en charge l’indemnisation des dégâts aux agriculteurs, mais ce qui est certain, c’est que Nicolas Hulot en avait suffisement entendu sur ce sujet; c'est finalement Sébastien Lecornu, son Secrétaire d'Etat qui aurait géré l'entrevue.

Dans leurs locaux à Issy-les-Moulineaux,  Willy Schraen et son conseiller politique Thierry Coste ont organisé, dès ce mardi après midi, une conférence de presse pour réaffirmer que « le véritable conflit de la FNC est avec les agriculteurs, pas avec les écologistes » selon les propos recueillis par le journal La France Agricole.

Décidement, le prochain Ministre de la Transition Ecologiste devra disposer de sérieuses aptitudes au changement, à la gestion de situations de crise et savoir faire preuve de discernement  pour ce qui relève de l'urgence environnementale …

 

 

Administrateur Libertychasse

Lille, le 30 août 2018.

 

20 j'aimes