Un unique permis de chasser, le rêve accessible pour tous les chasseurs ? - Liberty Chasse

Contenu éditorial

Les chasseurs vont ils financer la baisse du prix de leur permis annuel ?

513 j'aimes
La réforme du permis de chasse

Pour un permis à tarif unique, le prix de l'actuel permis " départemental " passerait de 130 euros en moyenne à 150 euros ...

Les chasseurs de France découvrent que ce n’est pas « un » mais « deux ou trois scénarios de réforme du permis de chasser » qui ont été présentés au Président de la République et au premier ministre, dont parmi eux …

Un unique permis de chasser en France

C’est une excellente chose cette réforme (…) le système est un peu compliqué aujourd’hui, il y a un permis national autour de 400 euros et un permis départemental aux alentours de 130 euros en moyenne ; le fait de simplifier le prix du permis, ça va rendre la chasse plus accessible au plus grand nombre (…) le fait de mettre un permis unique à un prix qui reste à définir ( …) mais qui sera moins élevé …

Ça dépend, si jusqu’ici j’ai un permis départemental autour de 130 euros et que, demain, il n’y a plus qu’un permis national …

On est pour l’accessibilité des territoires, la mobilité des chasseurs. On est vraiment pour une chasse populaire, là où des gens payent leur permis en plusieurs fois aujourd’hui, il faut le savoir - il y a une demande de mensualisation du permis - et derrière çà, c’est le rêve accessible pour tous les chasseurs : un permis unique, au prix qui reste à définir - autour de 150 euros peut être - c’est un rêve accessible pour tous, pour une chasse populaire !

Ainsi répondait Nicolas Rivet, Directeur Général de la Fédération Nationale des Chasseurs (FNC) à Jean Jacques Bourdin sur RMC, le jeudi 31 mai 2018.

Si vous suivez toujours, vous venez de découvrir le second scénario  de la réforme du permis de chasser !

 

Un unique permis de chasser à 150 euros

Ce scénario correspond aux attentes de la FNC, celles de provoquer «  un véritable choc de simplification pour favoriser le développement de la chasse et de son économie » ( La première des 30 propositions de la réforme de la chasse française) ; la FNC se met même déjà en perspective considérant alors que c’est 10% des chasseurs de France, contre 8% actuellement, qui pratiqueront l’activité chasse au-delà de leur seul département.

Ce scénario est cohérent sur un plan comptable et a toutes les chances d’être accepté par le gouvernement.

Selon notre propre estimation, la suppression du permis national à 400 euros pour 8% des chasseurs représente une perte de 22,8 millions d’euros alors que le passage du prix du permis de 130 à 150 euros pour 92% des effectifs représente un gain comptable de quelques 21 millions d’euros (86% des chasseurs métropolitains disposent d’un permis départemental et 6% d’un permis temporaire sur une population de 1.141.000 chasseurs pratiquants – source fichier central FNC , analyse étude BIPE 2015).

Le problème  de ce scénario est qu’il ne correspond pas vraiment au « second point » des 30 propositions de la réforme de la chasse française, celui de « provoquer une réduction significative du coût du permis de chasser » pour une majorité, voire l’ensemble des chasseurs.

Aussi, on entend bien les propos des représentants fédéraux lorsqu’ils espèrent que cela va provoquer « un choc de simplification et favoriser la mobilité des chasseurs »  mais il faut garder à l’esprit que 53% des chasseurs ont plus de 55 ans et que 45% sont inactifs (retraités, sans emploi, étudiants), que 72% d’entre eux n’utilisent même pas leur véhicule pour aller à la chasse, c’est dire s’ils sont attachés à leur territoire, à une certaine idée de la ruralité…

A ceux là, ne leur parlez pas de solidarité entre chasseurs, ils vous diront que la solidarité nationale ça existe mais dans l’autre sens; ce sont les plus aisés, les plus mobiles qui doivent faire l’effort et non l’inverse !

Quant à la solidarité intergénérationnelle, ils ne vous ont pas attendu pour la pratiquer, si les gamins chassent aujourd’hui, c’est qu’ils sont invités par les anciens et que les grands-pères payent déjà le permis aux petits enfants.

En finalité, un scénario très peu convainquant, ils ont hâte de découvrir le troisième opus …

 

 

Administrateur Libertychasse.

Lille – Le 12.06.2018.

 

Photographie - Dominique Gest.
 
Données et statistiques issues de l'étude BIPE 2015
sur l'évaluation de l'impact économique, social et environnemental de la chasse française.
513 j'aimes