Contenu éditorial

La Cour de justice Européenne sauve la forêt primaire en Pologne

124 j'aimes
La forêt de Bialowieza en Pologne regroupe un quart de la population mondiale de bisons

La Cour de justice européenne (CJUE) a confirmé, dans un jugement de dernier ressort, que l’abattage  de la forêt primaire de Bialowieza en Pologne allait à l’encontre de la législation européenne sur la protection de la Faune et de la Flore des sites naturels classés.

L’abattage illégal des arbres de cette forêt primaire doit donc cesser immédiatement – au 17 avril 2018 – si la Pologne veut éviter des lourdes sanctions économiques.

Les amendes pourraient s‘élever à plusieurs millions d’euros,  si  la commission européenne demande l’application du jugement de première instance qui ordonnait déjà l’arrêt des coupes sous peine d’une astreinte de 100.000 euros par jours.

Cet argument semble avoir convaincu Varsovie – les coupes massives ont cessé depuis le 20 novembre – selon les observateurs de l’ONG Greenpeace, ce que relève Radio France.

La forêt abrite les derniers bisons d’Europe

 

Bialowieza est la plus grande forêt primaire restante en Europe. Classée au patrimoine de l’Unesco et protégée par la législation européenne Natura 2000, elle s’étend sur plus de 150.000 hectares dont  63.000 côté polonais, le reste côté Biélorusse, elle regroupe  près de 20.000 espèces animales, dont 900 bisons, soit un quart de la population mondiale.

En mars 2016, l’ancien Ministre de l’environnement Polonais avait décidé de tripler les abattages d’arbres, prétextant la dégradation des cimes du fait des scolytes, un insecte qui attaque et ronge les bois des épicéas, lesquels représentent un tiers des arbres de la forêt de Bialowieza.

Le plan prévoyait sur dix ans, l’abattage de 180.000 mètres cubes, ce qui a alerté la communauté scientifique qui demande que  le renouvellement naturel de la forêt soit respecté et son écosystème préservé, sans intervention humaine.

 Bisons europe

Une forêt irremplaçable pour la conservation de la biodiversité, selon l’Unesco

 

La CJUE a considéré que la Pologne, en autorisant l’abattage massif d’arbres d’un site protégé, a enfreint la loi européenne sur la conservation et la protection des sites naturels.

La cour reproche d’autre part à la Pologne de ne pas avoir procédé, avant de lancer les abattages, à une  «  évaluation appropriée  » des incidences sur les habitats naturels qu’abrite la forêt, est-il expliqué dans un communiqué.

Elle considère par ailleurs que l’abattage d’arbres comme les pins et les épicéas, habitats naturels des scolytinaes, est contraire à la directive habitats, qui protège les coléoptères.

Au total, entre le 1er janvier et le 20 novembre 2017, les gardes forestiers polonais ont abattu 200 000 m3. D’après les écologistes, la dernière fois qu’on a abattu autant d’arbres en une année, c’était en 1988, soit avant la chute du communisme - selon les propos recueillis par Radio France.

Reste à espérer que la Pologne ne compense pas les coupes massives par une opération de reboisement programmée, au titre de réparation des dommages à "dame nature"  ; la forêt de Bialowieza, s’il elle veut garder son caractère de forêt primaire doit, seule, panser ses stigmates  par le biais d’une régénération naturelle.

 

 

Administrateur Libertychasse.

Lille, le 14.05.2018

124 j'aimes