Contenu éditorial

Des chasseurs vigilants pour des gendarmes agissants !

19 j'aimes
Premiers recrutements des chasseurs assermentés par les gendarmes

Une brigade de 200 chasseurs vigilants, sélectionnés et assermentés par les autorités, assureront à partir de fin janvier des missions de surveillance en complément de la gendarmerie, via un canal de communication privilégié.

Ce dispositif, résulte de la signature d’une convention signée le 21 mars entre Gendarmes et Chasseurs  et vise à conjuguer les efforts pour lutter contre toutes les formes d'insécurité et de délinquance en milieu rural et au sein des territoires de plaines et de massifs forestiers de l'Oise où s’exercent les activités cynégétiques, précise le communiqué de la préfecture.

Une démarche nécessaire selon le capitaine Eric Lecacheur en raison du manque d'effectif auquel les services de la gendarmerie sont confrontés dans le département. « Pour 687 communes, nous avons 1 119 gendarmes au lieu des 1 175 personnels initialement prévus », déplore-t-il, selon les propos recueillis par la jeune chaîne russe d’information internationale Russia Today  (RT).

« Par le passé, ces chasseurs avaient déjà, de leur propre initiative, permis l’interpellation d’individus auteurs de vols », ce que souligne le Blog Actu 17.

«  Nous pouvons être les yeux et les oreilles de la gendarmerie. Nous nous réjouissons de cette collaboration » tonne Guy Harle d’Ophove, président de la fédération départementale des chasseurs qui voit par ce pacte la reconnaissance du rôle des chasseurs dans les territoires ruraux. « Nous sommes associés à la surveillance du territoire car nous sommes des observateurs valables » confie t-il au Courrier Picard, avant d’ajouter :

« Nous serons un peu les RG des campagnes »

Jean-Luc Caron, président de l’association Oise Nature, était sur la même longueur d’onde. «  Il ne se passe un week-end sans que l’on ne retrouve une voiture incendiée au fond des bois de Pont-Sainte-Maxence. Les chasseurs pratiquent la nature eux aussi. Leur participation à l’observation des forêts est bonne à prendre.  »

« C’est un atout. Ils vont dans des lieux qui ne sont pas fréquentés quotidiennement (…) Ce sont des chasseurs vigilants pour des gendarmes agissants   », expliquait  Didier Martin, alors préfet de l’Oise à l’origine de la signature de cette convention.

D’autres craignent la naissance d’une milice

 

Plusieurs associations sont ulcérées par la création de ce que certains, dont la Ligue des droits de l'homme locale, n'hésitent pas à qualifier de "milice en tenue de camouflage".

Si certains chasseurs parlent d'acte civique, d'autres craignent les délations. « Ce nouveau rôle va sûrement renforcer leur impunité dans de nombreux domaines. Pour moi, 80 % des chasseurs sont peu scrupuleux », lâche un ancien agriculteur de 60 ans, témoin d'actes de braconnage par ses compères, selon Le Parisien.

La Fondation 30 millions d'amis dénonce pour sa part un "pouvoir exorbitant". Sur son site, elle estime qu'il "serait bon de rappeler aux gendarmes que face à ces 8.000 hommes armés dont le loisir est surtout d’abattre le gibier, il y a dans l’Oise des centaines de milliers de promeneurs amoureux de la nature tout aussi qualifiés pour la surveiller" Relève BFM TV.

Médiapart lâche le mot de « mission de collaboration » et dit qu’il y a lieu de rester perplexe «  quand on sait qu'il y a quatre ans, l'actuel président de la Fédération Nationale des Chasseurs appelait à l'illégalité », faisant certainement allusion à ses prises de positions sur les dates de fermetures de la chasse aux oies sauvages avant de rappeler le passé lepéniste de Guy Harle d’Ophove et de nous renvoyer vers les abîmes d’un blog  dit Groupe d’analyse métropolitain qui voit rouge :

« Mais c’est quoi ce délire de ligue d’autodéfense ? (…) Ce n’est pas les chemises noires ou les chemises brunes, mais les gilets orange fluo  … »

A part cela, la presse nationale est unanime et salue l’initiative citoyenne basée sur le modèle des voisins vigilants.

Louis Le Franc, le nouveau Préfet de l’Oise semble emboiter le pas en annonçant le 17 novembre dernier une large concertation avec pour objectif de permettre aux forces de l’ordre et d’autres partenaires locaux (élus, autorités administratives et judiciaires, polices municipales, réseaux de transports, bailleurs et services sociaux, entreprises de sécurité privée, associations, commerçants) du département de l’Oise, de donner leur avis et de mettre en avant leurs retours d’expérience sur le terrain via des réunions de proximité.

Des réunions de concertation s’en suivront avec comme axe de réflexion non exhaustif « Quelles bonnes pratiques ou expérimentations issues de vos territoires, voudriez-vous faire connaître ? Comment associer les citoyens aux problématiques de sécurité ? Comment améliorer l’efficacité des forces de l’ordre dans l’accomplissement de leurs missions ? (…) selon un autre communiqué de la préfecture.

S'il est efficace, le dispositif « chasseurs vigilants » pourrait très vite intéresser d'autres départements, souligne Nice Matin en conclusion de son article.

 

Administrateur Libertychasse.

Lille – Le 10.01.2018.

 

En savoir plus :

Signature de la convention - Chasseurs Vigilants - dans l'Oise

 

 

Photo de couverture - Médiapart - Maison de la chasse et de la nature d’Agnetz (Oise), la gendarmerie expliquait leur fonction aux chasseurs du dispositif dit « Chasseurs vigilants ». 
19 j'aimes