Contenu éditorial

On ne fait pas sauter une présidence pour 40 euros !

7 j'aimes
Le président des chasseurs du Nord fera appel de la décision de justice

Joël  Deswarte entend faire appel de la décision de justice du TGI de Lille le condamnant à la démission de ses fonctions d’administrateur et par conséquent de son poste de président à la tête de la fédération des chasseurs du Nord.

La justice ayant estimé qu’il y avait conflit d’intérêt entre son activité d’éleveur de gibier et les statuts de la fédération qui interdisent à tout membre du conseil d’administration « d’exercer de façon habituelle, directement ou indirectement, une activité commerciale à caractère cynégétique avec la fédération départementale des chasseurs du nord ».

Les chasseurs ont instrumentalisé la justice

 

«  Pour moi, il n’y a pas de conflit d’intérêts. J’ai vendu du gibier au prix du marché - c’est mon métier, ce que je n’ai jamais caché - à une société de chasse qui a réclamé une subvention bien après. C’est elle qui a perçu la subvention, pas moi  », pointe le président en cause qui insiste : «  Mon honnêteté n’a pas été mise en cause, je n’ai reçu aucune condamnation financière  ».

Il en profite pour dénoncer une «  instrumentalisation de la justice  » : «  On ne fait pas sauter une présidence pour 40 € …  ».

 

Joël Deswarte reste techniquement Président de la fédération des chasseurs du Nord, ne serait ce que  le temps du délai d’appel qui rend la décision de justice suspensive.  Au-delà et si la décision de première instance est confirmée, la fédération pourra choisir son nouveau président parmi les autres membres du conseil d’administration dont 2 vice-présidents sont d’ores et déjà désignés.

Il appartiendra alors aux administrateurs d’apprécier pleinement l’importance de la notion de délégation de pouvoir qu’il leur est conféré en qualité de président de commission et d’être bon conseil dans l’instruction des dossiers car il semblerait que dans cette fédération, on trébuche tout aussi bien par crédulité que par cupidité.

Je me garderai de tout commentaire pour le moment !

 

Dans son édito du journal des chasseurs de décembre, Joël Deswarte mesure déjà le poids de la solitude, associant la sienne à celle des accidentés et autres victimes de la chasse, tel le Maître d’équipage de la Futaie des Amis en forêt de Compiègne qui ne dispose « pas toujours du temps ni de la clairvoyance pour faire les bons choix » , dénonçant la « célérité » de l’information issue des réseaux sociaux, craignant à son tour de « passer dans la grande lessiveuse médiatique » … avant de se reprendre et d’annoncer qu’un « rapport officiel de la Cour des Comptes sur les agissements financiers de son prédécesseur dans le cadre de ses fonctions fédérales de 2013 à 2016 sera publié au printemps et celui-ci pourrait être explosif ! ».

Décidément, ça récupère vite chez les chasseurs du Nord, un peu trop vite même, Monsieur Deswarte en oublierait qu’il était déjà administrateur de la fédération à cette époque !

 

 

Administrateur Libertychasse.

 

Lille, le 08.01.2017.

 

Lire aussi :

Le président des chasseurs du Nord condamné à la démission

7 j'aimes