Contenu éditorial

Brucellose du bouquetin en Haute-Savoie

41 j'aimes
Bouquetin des Alpes

Vers un abattage sélectif des bouquetins ?

 

Le préfet de Haute-Savoie, par Arrêté du 31 octobre 2017, demande la capture de l’ensemble des bouquetins du Bargy  et ordonne l’euthanasie des sujets séropositifs en vue de la constitution d’un noyau sain sur ce secteur (Leschaux-Andey, Charmieux-Buclon, Grand et Petit-Bargy et Jallouvre-Peyre) avec l’espoir de maîtriser l’enzootie de brucellose au sein du massif.

 

Ces opérations de capture avec euthanasie directe seront mises en œuvre par les agents de l’ONCFS  et les docteurs vétérinaires pour la phase euthanasie. En complément de ces mesures, il sera procédé à des prélèvements de bouquetins jamais testés et présents sur des secteurs autres que celui relevant du noyau devant être assaini.

« Une vingtaine d’individus » seront prélevés d’ici à la fin de l’année « en recherchant préférentiellement ceux présentant des symptômes physiques de la maladie  … » précise l’arrêté en son Article 3.

Un dossier sensible pour la préfecture de Haute-Savoie

 

Depuis 2012, on sait que cette espèce protégée est le réservoir « silencieux » de la Brucellose, une maladie infectieuse qui touche potentiellement les ruminants et les hommes. Les deux derniers foyers de contamination survenus en France entre 1999 et 2012 ont été découverts en cette région.

Les actions d’abattage massif  de 224 bouquetins en 2013, ordonnés alors par le préfet « dans l’intérêt de la  santé publique » se sont avérés être totalement inefficaces, en plus d’avoir été reconnus par la suite entachés d’irrégularités par le tribunal administratif de Grenoble.

Ils ont contribué à la « déstabilisation des  structures socio-spatiales de la population des bouquetins et à la diffusion des sources d’infection » selon les conclusions d’un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES, rapport juillet 2015).

A l’automne 2015, le préfet avait opté pour un nouvel abattage de 200 bouquetins et les associations de défense s’y étaient opposés sur le terrain, les militants avaient alors investi le massif de Bargy pour empêcher le travail des agents de l’ONCFS, seuls 70 animaux avaient été abattus.

Entre 2012 et le printemps 2017, 451 bouquetins ont ainsi été prélevés.

Le choix du préfet parmi plusieurs scénarios

 

Cette fois le nouveau préfet fait les choses dans l’ordre. Il a procédé au préalable à une consultation du public entre le 9 et le 23 octobre (95% d’opinion défavorable), puis a pris connaissance des nombreux avis qu’il a sollicité auprès du Conseil national de la protection de la nature (CNPN) et de l’ANSES, dont le dernier rapport du 14 septembre 2017, relatif à « l’évaluation approfondie et réactualisée de mesures de maîtrise du foyer de brucellose chez les bouquetins du Bargy » qui apportait la parole d’experts sur l’évaluation des différents scénarios alors envisagés :

« Une élimination sélective accompagnée d’une surveillance, une surveillance optimisée accompagnée de mesures de Biosécurité, la vaccination expérimentale du cheptel et la proposition préfectorale qui s’appuyait sur une gestion sectorisée en suggérant différents ajustements locaux : l’abattage indiscriminé et une élimination sélective sur d’autres zones. »

Conclusions et recommandations de l’ANSES

 

Quelque soit la stratégie adoptée, les experts estiment qu’une éradication de la brucellose à court terme n’est pas atteignable pour les scénarios étudiés (...), que les travaux n’ont pas pu évaluer l’impact de l’outil vaccinal compte tenu de la concomitance de l’expertise qui leur était demandée avec l’expérimentation toujours en cours suite aux  dernières vaccinations du printemps 2017 ; Ils rappellent que la probabilité de contamination aux cheptels domestiques est estimée « quasi-nulle à minime »   et qu’en conséquence les actions dirigées contre la population de bouquetins n’ont pas un caractère d’urgence, prônant une surveillance optimisée de la population de bouquetins et l’application de mesures de Biosécurité pour les troupeaux en alpage.

Il ne resterait aujourd’hui pas plus de 284 bouquetins dans le massif du Bargy !

 

 Administrateur Libertychasse.

Lille – Le 15.11.2017.

 

En savoir plus :

L'arrêté préfectoral du 31 octobre 2017

Avis de l'Anses 14 septembre 2017

Autres articles Libertychasse.com

 

 

Crédit photo - Dominique GEST.

41 j'aimes